lundi 12 novembre 2007

Inde - Le compte des cinq et une nuit

Désert du Thar

Une semaine dans le désert sur le dos d'un dromadaire

Jour 1
Tu découvres avec émerveillement les beautés du désert.
Craintif, tu t’agrippes solidement à ta monture et ce, sans répit.
Tu te réveilles au beau milieu de la nuit en compagnie de toutes les étoiles de la galaxie.
Tu te retiens toute la nuit car tu crains d’aller pisser sur un scorpion.



Jour 2
Tu te lèves le matin en pensant que finalement, les dunes de sable sont moins confortables pour ton dos que tu ne l’aurais imaginé.
Tu ne réagis plus aux monstrueuses flatulences des dromadaires qui te précèdent.
Tu manges sans préalablement te secouer les mains.
Tu peux sentir l’odeur de ta monture même si tu trouves à une centaine de mètres.
Pour plus confort, tu essaies vainement de meubler le sable sous ton lit avant d’aller dormir.
Tu t’endors sans trop t’inquiéter des petits grattements qui proviennent de ton sac à dos.




Jour 3

Tu te réveilles le matin avec l’impression d’avoir porté ton dromadaire sur ton dos toute la nuit.
Tu conduis toi-même ton dromadaire.
Tu réalises que tu es imprégné de la répugnante odeur de ton dromadaire.
La démarcation de ta montre sur ton poignet gauche ne parait presque plus.
Tu écoutes les interminables histoires de ton camelman sans vraiment comprendre.



Jour 4
Le matin, tu ne te préoccupes plus des empreintes autour de ton lit.
Tu commences à dégager une forte odeur car quelques unes des mouches de ton dromadaire préfèrent maintenant te tourner autour.
Même après deux heures de randonnée, tu es toujours confortablement assis sur le dos de ton dromadaire.
Aux toilettes, tu as trouvé la position idéale pour ne pas trop salir tes pantalons.
Tu es si loin de toute « civilisation » que le projet Souvenirs d’enfance prend tout son sens.
Tu comprends pourquoi la Grande Ourse ne s’appelle pas simplement Grand Chaudron.



Jour 5
Tu contemples la beauté du levé du soleil sans penser sortir ton appareil photo.
Les mouches qui t’ont adopté ne te dérangent plus.
Ton dromadaire comprend le français.
Tu jures ne plus jamais poser de questions à ton camelman au sujet de la mythologie hindoue.
Tu rationalises le papier de toilettes pour t’assurer de jamais n’en manquer.
Tu vas aux toilettes en pleine nuit sans penser aux serpents et aux scorpions qui font de même.



Jour 6
Tu commences à comprendre l’anglais de ton camelman.
Tu as converti ton dromadaire au christianisme.
Tu manges les dals préparés par ton camelman sans que tes lèvres brûlent.
Ayant totalement perdu le sens de la raison, tu décides de prolonger ton séjour d’une journée.
Tu associes une étoile à tous ceux que tu aimes et qui te manquent.



Jour 7
Ton dromadaire t’obéis finalement.
Tes fesses commencent à avoir un merveilleux teint.
Tu commences à avoir hâte de rentrer.
L’exposition de ton cerveau à toute cette chaleur te donne des idées complètement folles.

2 commentaires:

Julie a dit...

Super cute comme récit de promenade en chameau! Étonnement, ça donne le goût d'essayer... Je vais l'envoyer à mà mère ;)
Julie xx

Tante Nicole a dit...

Heureusement que toute cette chaleur sur ton cerveau n'a pas pulvérisé la belle créativité que tu possèdès. Ton écriture est géniale et poétique.Quel bonheur de te lire.
Merci de me partager ton univers.
NiCoLe