jeudi 10 janvier 2008

Thailande - La mer, une surprise de Thaï

Koh Lanta

J’ai toujours su que j’aimerais la plongée. Avant mon départ, je m’étais même renseigné pour obtenir ma certification. J’aime la nature, la mer, le soleil, les promenades en bateau, les poissons et les bikinis (je m’en confesse!). La plongée, c’est un peu tout ça à la fois. Mais c’est avant tout la rencontre avec un monde nouveau, totalement différent de celui que nous connaissons. Voilà pourquoi il faut bien nous préparer. La plongée n’est pas une activité dangereuse si elle est pratiquée de manière responsable (cette réflexion, je l’avoue, a pour but de rassurer ma mère, mais il n’en demeure pas moins que c’est vrai!). Donc voilà, Karine et moi avons étudié minutieusement le manuel. Une fois que le contrôle de flottabilité, l’équilibrage et la narcose à l’azote n’ont plus de secret pour nous, il est temps de plonger… (ce jeu de mots est tellement mauvais que j’ai décidé de le garder, tout comme mon titre d’ailleurs).

Le moment que j’attendais depuis longtemps, j’allais enfin respirer sous l’eau. L’énervement était à son comble. J’étais peut être un peu stressé à l’idée de faire certains exercices tels que retirer le masque pour ensuite le remplir d’air à nouveau. Malgré tout, j’ai réussi avec une facilité dont je fus le premier étonné. Karine de son côté, semblait beaucoup plus anxieuse. Dans l’eau, elle n’arrivait pas à se calmer et à respirer normalement. Nous sommes donc tous remonté à la surface. Elle disait qu’elle ne se sentait pas confortable et qu’elle craignait paniquer dans l’éventualité d’une complication sous l’eau. Elle s’excusait mais c’est vraiment pour elle que je trouvais ça dommage. J’ai essayé de la calmer un peu mais je ne voulais pas non plus la pousser contre son gré. Après tout, elle était la seule qui pouvait prendre cette décision. Trente secondes plus tard, elle était sur la plage, probablement partagée entre le soulagement et la déception. Par la suite, elle m’a confié qu’elle était terriblement fâchée contre elle-même. Colin et moi avons exploré un peu mais la plage n’offre pas des conditions idéales : peu de vie marine et une visibilité très réduite. Malgré tout, respirer sous l’eau pour la première fois est une sensation extraordinaire. En sortant de l’eau, j’avais déjà hâte à la prochaine fois.

Les choses sérieuses débutaient en cette seconde journée. On a pris le bateau pour un trajet de deux heures vers les îles Koh Haa. Ayant perdu mon binome (mon partenaire de plongée en la personne de Karine…), je fus jumelé à un belge du nom de Kenneth, un chic type. J’ai également hérité d’un nouvel instructeur : Ben, un jeune français de Saint-Malo. Quoique vraiment cool, Ben était moins expérimenté que Colin et ça se voyait un peu. Dès la première plongée en Open Water, j’étais amoureux. Amoureux de ce spectacle fabuleux. Les poissons sont partout. De toutes les formes, de toutes les grosseurs, de toutes les couleurs, ils se promènent parfois seuls, parfois en bancs gigantesques. Certains sont craintifs, d’autres viennent tournoyer autour de nous. On en voit qui pourchassent vigoureusement certains autres (généralement plus petits). Il y en a vraiment partout autour, à droite, à gauche, en avant, en arrière, au dessus, en dessous. Plusieurs se cachent parmi les coraux ou les végétaux du fond marin. Les minuscules poissons clowns (Nemo) se dissimulent dans les anémones, les murènes géantes se terrent dans les cavités rocheuses, les raies se camouflent sur le fond sablonneux, la nature a décidemment bien fait les choses sous l’eau.



Lors de mes quatre plongées nécessaires pour obtenir ma certification, j’en ai vu des poissons : des poissons coffre jaune, des barracudas, des poissons trompette, des anges de mer imperial, des cuttlefish, des rascasses, des masked porcupine fish, des pieuvres, des poissons perroquets.. Après avoir vu tout ça, et surtout après avoir réussis tous les exercices, j’ai officiellement reçu le titre d’Open Diver. Il fallait bien célébrer !!!



Le soir même, les trois filles, Colin, quelques nouveaux amis et moi avons fêté en grand dans un bar sur la plage. C’est à cette occasion que Colin a offert à Karine de tenter sa chance pour une seconde fois. Elle qui s’en voulait d’avoir laissé tomber lors de la première fois, c’était l’occasion rêvée. Tout le monde l’encourageait à réessayer de nouveau. Je lui dis qu’elle avait tout à gagner car même dans l’éventualité où le malaise se répétait, cette fois, elle saura qu’elle aura tout tenté et que finalement, la plongée n’est peut-être pas son truc. Avant de partir, Colin lui dit : « Alors, on se voit demain ? ». Que pensez-vous qu’elle a répondu ? Que pensez-vous qui s’est passé le lendemain à la plage ? Karine a-t-elle su relever le défi ? Non mais, pensez-vous vraiment que j’en aurai fait une histoire si elle n’avait pas réussi… Je suis pas sadique !!! Je vous ferai remarquer que je voyage toujours avec les filles et qu’elles lisent mon blog. D’ailleurs, ce texte a d’abord été approuvé par la principale intéressée avant publication.

Normalement, nous devions quitter Koh Lanta sous peu mais nous étions prêts à attendre pour que Karine obtienne sa certification. J’étais très content pour elle car je savais quel beau cadeau elle venait de s’offrir. J’étais très heureux car j’allais profiter de ces quelques jours supplémentaires pour plonger de nouveau et ainsi en découvrir davantage sur ce monde qui venait tout juste de s’ouvrir à moi. Deux jours, quatre plongées additionnelles et des surprises à la tonne.



Annick et Chantal aussi profitent de l’occasion et nous accompagnent sur le bateau pour venir faire du snorkeling dans le lagon. Tous ensemble à bord du navire, on s’est bien amusé. Que la vie est dure !!! Lors de ma cinquième plongée en carrière, j’ai fait la rencontre d’un requin, mon tout premier. Cet animal a bien mauvaise réputation, le nom à lui seul est terrifiant. Le requin léopard que j’ai vu n’avait rien d’un monstre, il reposait tranquillement au fond. J’aurais aimé voir son corps immense et majestueux nager en plein océan. Il n’avait pas la tête à ça et ce n’est pas moi qui vais lui pousser les fesses…



Sixième plongée, autre moment magique, nous croisons (nous étant moi et mon binôme Ben) une tortue se déplaçant gracieusement sur le récif en quête de nourriture. Elle est tout simplement magnifique ! Je pourrais l’observer pendant des heures. Malheureusement, je n’ai pas assez d’air pour ça, nous continuons notre chemin. La chance me sourit car juste avant de remonter, nous en rencontrons une deuxième. Elle nous fait même le plaisir de nous accompagner à la surface pour prendre une bouffée d’air. Wow ! Quel spectacle !



De son côté, Karine fait ses premières plongées en Open water (en plein océan). Tout va bien, elle ne lui reste qu’une seule journée avant d’obtenir le titre de Diver. Le lendemain, ma septième plongée est plutôt « ordinaire ». Je ne fais la rencontre d’aucune nouvelle espèce. Enfin, rien de notable. On voit tellement de vie marine qu’il est impossible d’identifier et de se rappeler de tout ce que l’on rencontre. Voilà pourquoi plusieurs plongeurs apportent une caméra sous l’eau. On m’a dit qu’il était très difficile de prendre de bonnes photos sous l’eau. Pour des clichés nets, on doit premièrement demeurer immobile, chose beaucoup plus simple qu’à dire qu’à faire. Il faut également savoir approcher les sujets sans les effrayer ou les contrarier, une murène contrariée peut rapidement croquer la caméra ou les doigts qui la tiennent. Bref, la photographie sous l’eau représente un véritable défi que j’aimerais un jour tenter de relever.

Finalement, pour ma huitième et dernière plongée (dernière pour l’instant…) j’ai décidé de descendre avec Karine. Avec quelques jours de retard, c’est avec fierté et beaucoup de bonheur que j’ai retrouvé mon binôme. À cette occasion, j’ai réalisé que le fait de partager une plongée avec une amie rend la chose encore plus agréable et précieuse. Avoir quelqu’un à qui pointer cette pieuvre endormie, avoir quelqu’un avec qui s’étonner de ce requin léopard, avoir quelqu’un avec qui se méfier de ce serpent de mer ou de cette murène, avoir quelqu’un avec qui s’émerveiller de ces centaines de poissons, voilà l’essence même de la plongée. C’est avant tout une activité que l’on partage, je tâcherai de m’en rappeler à l’avenir. Je pourrais être tenté de terminer ce récit sur un ton moralisateur. Je pourrais vanter les mérites de l’effort et louanger l’importance de surmonter ses peurs. Je dirai simplement que Gilles a de quoi être fier de sa fille !

3 commentaires:

Firediver a dit...

Salut Olivier!

Là, tu tombes dans mes cordes! La plongée!

Comment exprimer aux autres ce que l'on ressent lorsqu'on est sous l'eau. On peut essayer mais pour vraiment comprendre ... il faut le vivre.

Maintenant que tu es certifié (en passant, Open Water Diver, mais de quel organisme? PADI, NAUI ou autre?) je te promets de belles plongées à ton retour au Québec (prends ton temps, l'eau y sera froide quand même à ton retour mdrrrrr)

Il y a plein de superbes plongées Open Water à quelques heures de Montréal.

Surtout des épaves (sans pénétration, sécurité oblige) mais aussi des écluses et des centrales éléctriques immergées lors du refaçonnement de la voie maritime.

J'ai toujours bien du plaisir à lire tes récits de voyage. Tu es un narrateur extraordinaire Olivier ... continue jusqu'au bout de ce rêve que tu vis.

A+

Yves Rathé aka FireDiver

PS: Si tu en as la chance, va chercher ta certif Advanced Open Water. C'est la certification dont tu pourras le plus te servir et qui te permettra de faire le maximum de plongées avec en prime les plongées de nuit, dans le courant etc.

LaetiFromJapan a dit...

Bonjour Olivier,
Je suis vraiment tres contente pour toi que tu aies enfin saute le pas pour la plongee et je vois que tu es fan !
La Thailande est en plus un super endroit pour plonger. Et tu as raison : plonger avec un ami rend la chose 15 fois plus sympa ;)
A bientot et profite de ton sejour pour plonger toujours et encore !!
Laetitia

colin a dit...

hello olivier, hey dis moije n'ai pas entendu parler de "l'incident" de la plongee numeros quatre de ton cour open water????? lol
a quand la spe profonde??
a plus
colin