lundi 17 septembre 2007

Inde - Dans l'avion...

Au dessus de la Russie

J’ai toujours été de nature peu nerveuse. Mais là, je m’étonne moi-même ! Je vole vers l’inconnu, je vole m’éloignant de chez moi, des mes habitudes, de mes certitudes. Un être humain normalement constitué devrait être terrifié, du moins inquiet… Pourtant, rien ! Dernièrement, on m’a souvent dit que je ne manquais pas de courage. Pour être courageux, encore faut-il qu’il y est danger, ou impression de danger. Ce n’est pas le courage qui me soustrait de toute crainte, c’est mon optimisme. Pas un optimisme naïf qui pourrait prétendre que rien de désagréable n’arrivera, qu’il n’y aura aucun coup dur. Je suis assez lucide pour reconnaître que cela va inévitablement se produire, que des moments difficiles m’attendent sur mon chemin. J’accepte simplement ce qui s’en vient, ce que le destin me réserve, j’accepte de vivre. Pourquoi faudrait-il que les moments pénibles nous inquiètent également quand tout va bien ? Je ne crains pas l’avenir, je n’ai pas peur de ce qui n’est toujours pas arrivé.



Je survole présentement la mer d’Aral. Dans quelques heures, nous arriverons à Delhi. C’est avec beaucoup de confiance que j’envisage ce premier contact avec l’Inde. Je saurai bien assez tôt si je confonds optimisme et inconscience.

1 commentaire:

Anne-Marie a dit...

Quand je t'ai vu la dernière fois à l'aéroport dans mes plus folles pensées, je croyais que tu disparaissais à tout jamais. Quel soulagement d'avoir de tes nouvelles. J'étais tellement excitée que je me suis empressée d'appeller Nicole et Serge. Et tu vas rire, pendant une fraction de seconde j'ai même pensé t'appeller tellement j'étais heureuse de ces bonnes nouvellles. Tu es parti depuis quelques jours maintenant et tu nous manque déjà terriblement. C'est un réel plaisir de te lire. Tes textes me font voyager avec toi, c'est formidable.

Ta grande soeur qui pense à toi tous les jours.
Anne-Marie XXX